5 règles pour développer un bon tutoriel

Il y a bien des façons d’apprendre un logiciel… et il y a le tutoriel :

  1. On peut apprendre sur le tas… et louper plusieurs fonctionnalités qui nous permettraient de produire plus en moins de temps et assurément avec une meilleure qualité.
  2. On peut se dépanner en trouvant des vidéo clips amateurs avec Google ou YouTube et en parcourant des forums de différentes communautés en ligne, mais on ne trouve pas toujours ce dont on a besoin ou encore ce qu’on trouve n’est pas nécessairement dans notre langue
  3. On peut suivre une formation… et avoir ensuite le sentiment que l’on ne pourra pas se rappeler tout ce qu’on a vu.
  4. On peut aussi suivre les procédures décrites dans un manuel… et tenter de s’y retrouver tout en étant laissés à nous-mêmes.
  5. Finalement, on peut appeler le service de soutien technique de la compagnie et lui demander de nous aider, mais la personne au bout du fil doit bien comprendre notre réalité, notre besoin et surtout nous amener à trouver la solution nous-mêmes afin de nous rendre autonomes le plus rapidement possible.

Mais quand est-il du tutoriel !

Selon le grand dictionnaire terminologique, le tutoriel est un « programme de présentation qui guide l’utilisateur dans l’apprentissage et la mise en œuvre d’un matériel ou d’un logiciel ». Le tutoriel prendre plusieurs formes et peut inclure un manuel d’apprentissage ou un ensemble d’exercices programmés.

Il demeure que c’est un art de développer un tutoriel qui proposera une réelle solution d’apprentissage, ainsi qu’un juste assez (parce qu’on n’a pas de temps à perdre) et un juste à temps (car c’est en l’utilisant qu’on a des questions).

 


5 règles pour développer un bon tutoriel

1. Permettre l’apprentissage interactif

L’utilisateur ne veut pas juste regarder une vidéo, il veut voir « comment exécuter » une manipulation bien précise et savoir s’il l’exécute bien : il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des rétroactions automatisées!

2. Fournir des explications contextualisées

L’utilisateur souhaite intégrer ce qu’il apprend à ses tâches professionnelles. Plus les exemples et les explications seront contextualisés, plus l’utilisateur se sentira engagé dans son apprentissage et effectuera le transfert de connaissances escompté.

3. Proposer des démonstrations

L’utilisateur a besoin de voir « le comment » et pouvoir le revoir autant de fois qu’il veut. Une bibliothèque de tutoriels avec une nomenclature précise facilitera autant la recherche parmi toutes les démonstrations possibles du logiciel que le visionnement de chaque vidéo.

4. Encourager l’expérimentation

Après avoir observé une ou plusieurs manipulations du logiciel, l’utilisateur pourrait être amené à expérimenter ces apprentissages grâce à des exercices réels. Cela lui permettra de s’exercer dans un « lieu sûr ».

5. Être court

L’utilisateur a des questions sur des fonctionnalités précises du logiciel. Il est alors préférable que le tutoriel soit développé pour une ou quelques fonctionnalités reliées à une tâche bien ciblée.

Articles liés

No results found

Menu